Joseph Fouché

Joseph Fouché, qui deviendra ministre de la police et duc d'otrante, est né au Pellerin, dans la rue Aristide Bertreux le 21 mai 1759. L’association Autrefois le Pellerin vous invite à découvrir ce célèbre pellerinais qui est entré dans l’histoire...

Aisée, la famille de Joseph Fouché possédait de nombreuses terres aux Rouzerolles, à la Martinière et à Saint Domingue. Son père, capitaine de navire, voyageait entre la France, l'afrique et les antilles sur, entre autres, des bateaux négriers. Il disparut en mer en 1771.

Des prédispositions pour les études...

Joseph Fouché était un enfant de constitution fragile mais doté d'une très vive intelligence. Très tôt, il apprit à lire et à écrire dans une maison de la rue du Port Brutus. Il n'y avait pas d'école au Pellerin à cette époque. Du fait de ses capacités pour les études, il sera envoyé à Nantes chez les oratoriens (séminaire) où il fera de brillantes études. Sans véritable vocation, il ne sera pas ordonné prêtre.

Gardant un lien étroit avec sa famille, il revient très fréquemment au Pellerin. Son dernier passage est recensé en 1781, jour du baptême de son neveu et filleul, Marie-Joseph Broband.
il devient professeur dans de nombreuses villes de France, y compris à Nantes. Il est très apprécié de ses collègues et élèves.

En 1789, il fait la connaissance de Robespierre

En 1792, il est élu député de la Loire-inférieure. En septembre de cette même année, il se marie avec Bonne-Jeanne Coiquaud dont il aura cinq enfants. En 1793, il vote la mort du roi, puis prend part à la
sanglante répression des Lyonnais.

Il devient ministre de la police de 1799 à 1809

Il met alors en place un nouveau système de renseignement qui portera ses fruits. Pendant le consulat, il fera échouer bon nombre de complots.

Le 15 août 1809, il est fait duc d'otrante

Redevenu ministre de la police pendant les 100 jours, il devient, après Waterloo, chef du gouvernement provisoire et contribue au retour de Louis XVIII.
Il reste chef de la police.
Accusé de régicide, en 1816 il quitte la France pour trieste. Il y décèdera le 26 décembre 1820.

Retrouvez l'histoire complète de ce personnage Pellerinais en consultant le bulletin de liaison N° 3
de Mai 2007 et le bulletin semestriel N° 11 de Juin 2001 de l'association Autrefois Le Pellerin.

Suivez-nous : Facebook