L'origine du nom de la ville du Pellerin

Si le nom, le Pellerin avec deux '' l'' vient d'une erreur orthographique répétée au cours des temps et de ce fait est entrée dans la normalité, son origine provient bien du nom des voyageurs qui effectuaient un pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

Au moyen-âge, lors de l'avènement de saint-Jacques-de- Compostelle, certains pèlerins venant du nord de la France, de Bretagne et même d'Angleterre, suivaient le chemin longeant les côtes de l'atlantique pour se rendre vers le sud.

Arrivés dans notre région, ils se heurtaient alors à un obstacle majeur : le franchissement de l'estuaire de la Loire. En effet, le fleuve à cette époque était réellement dangereux du fait des marées, des alluvions et des bancs de sable qui en changeaient souvent le cours. Les embarcations en usage à l'époque d’ailleurs ne garantissaient pas non plus une ''croisière'' de tout repos et nombreux étaient les accidents de navigation. Les pèlerins empruntaient alors un passage situé à Rohars, à proximité de Cordemais, débarquaient au sud, au village du Migron (de migrare «celui qui se déplace»).

Un autre passage fut utilisé par la suite dans les environs de Couëron, baptisé ''Corbillon'' à cette époque.

Celui-ci évitait aux pèlerins de passer par la grande ville de Nantes, dont les gîtes y étaient trop onéreux. De Couëron, ils débarquaient alors sur nos rives et aux alentours immédiats où ils savaient pouvoir trouver un hébergement sur leur chemin.

Le pèlerin, du latin '' pérégrino - pérégrinum'' signifie : celui qui voyage. D'où Sancta Maria de Pérégrinos, patronne de notre paroisse depuis l'an 1040.

► Histoire complète et détaillée dans le bulletin n°4 de l’association Autrefois le Pellerin (Mai 2008).

Suivez-nous : Facebook