La Croix du Pré-Louiseau

Cette Croix est située à la sortie du Pellerin, au carrefour de la route menant vers la Bréhanerie, l'échangeur de la 2 x 2 voies et la route donnant accès au lotissement du Pré-Louiseau. Sa construction fut décidée à l'issue de la mission qui eut lieu au Pellerin en 1931. En même temps que la cérémonie de clôture de cette mission, l’école Notre-Dame de la rue de l'Enclos fut bénie. C'est alors que de nombreux paroissiens regrettèrent '' que n'y soit pas joint un calvaire sur la route de Pilon''. Ceci sans doute dans la continuité de ce qui se faisait alors en fin de chaque mission...
Deux années plus tard ce vœu fut réalisé. Voici ce que nous rapportent les archives paroissiales de cette année 1933... 

Pour célébrer cette grande fête, nous assisterons tous à la grand messe et aux vêpres de 2h1/2. Aussitôt après s'organisera la procession ou plutôt le cortège d'honneur qui conduira le Christ au Calvaire de la Pierre-Marie. La musique de l'Espérance ouvrira la marche. Les enfants des écoles suivront ensuite ; puis les jeunes filles et les chanteuses ; enfin les hommes et jeunes gens escortant le brancard sur lequel reposera le Christ ; enfin les femmes suivant le clergé. Les décorations sur le parcours (rue de l'Enclos, de la Poste et de la Gendarmerie) devront être faites avec le plus grand soin. Des guirlandes de houx, de buis et d'autres verdures mêlées de fleurs de saison ou artificielles se balanceront en feston sur le parcours du cortège. Des mâts avec des oriflammes seront placés tous les 10 mètres et 4 arcs de triomphe seront élevés et décorés depuis l'église jusqu'à la sortie du bourg. Pour tout ce travail, nous comptons sur de nombreuses bonnes volontés dans la journée du samedi et la matinée de dimanches. La Fête sera comme nous l'avons préparée. 

À la lecture d'autres documents, nous nous rendons compte que la construction de cet édifice ne fut pas très onéreux, ni pour la commune, ni pour la paroisse :
Le terrain d'implantation, sis à la ''Pierre-Marie'' fut donné par le propriétaire des lieux
► Le Christ fut offert par Mme Gobin de la Rue de l'Enclos
► Le bois du calvaire fut un don de M. et Mme Touzé
► La maison Garnier – Maisonneuve le débitât
► Il fut œuvré par M. Blanchard
► Les ferrures furent travaillées par M. Brossaud
► Le plan du monument fut fait par Georges Ardois qui travailla aussi certains ornements
► M. Boussenot, propriétaire de la carrière des Coteaux, fournit la pierre du socle


Il est dit aussi qu'une quête permit de payer certains autres accessoires d'ornement. Ce calvaire ne porte pas le nom qu'il aurait du avoir à l'origine : '' de la Pierre-Marie'', mais celui de son lieu d'implantation, comme cela arrive souvent.

Suivez-nous : Facebook