Le pont de Saint-Jean

Au XVIIème siècle, un petit cours d'eau, appelé ruisseau du Surchaud ou ruisseau de Chef d’Âne, séparait le bourg du Pellerin de la commune de Saint-Jean-de-Bouguenais (devenu Saint-Jean-de-Boiseau aujourd’hui). Afin d’assurer la liaison entre les deux communes le pont de Saint-Jean a été créé. Voici son histoire...

En 1675, le propriétaire du terrain sur lequel passait ce cours d’eau, que les pellerinais appelaient communément à l’époque le « Chedane », demanda à son fermier d'installer un pont afin de permettre la circulation entre les deux villages. Un pont composé de deux pièces de bois maçonnées à leur extrémité fut alors construit. Bien que nécessitant le remplacement de ces deux pièces de bois chaque année, ce pont a permit d’assurer la communication entre les deux communes de nombreuses années avant la
construction du pont de Saint-Jean, tel que nous pouvons le voir aujourd’hui.

La construction du pont

C’est en 1848 que le docteur rené Veillechèze, nommé Maire du Pellerin en 1847, signe avec le Maire de la commune de Saint-Jean-de-Boiseau, un accord pour la construction du pont de Saint-Jean. Ce projet de réalisation d’un pont sur le chemin de grande communication n°66 de Nantes à Chéméré nécessita l’obtention de la signature de 98 propriétaires et l’aide de 53 souscripteurs pour sa mise en œuvre et son financement. Un viaduc composé de 7 arches de 5,33 mètres de hauteur est alors construit d’après le plan et sous la direction de M.Orieux, agent-voyer en chef de la Loire-inférieure pour enjamber le ruisseau et la vallée et permettre de relier les deux communes. Conçu avec les pierres de la carrière du Pellerin et revêtu de pierres de taille en granit, le pont fut achevé et inauguré en 1855. Rénové en grande partie en 2008 en 2008, le pont a fait l’objet d’importants travaux de rénovation, avec notamment un élargissement de la chaussée et l’aménagement de passages piétons.

Suivez-nous : Facebook