Pourquoi Bikini ?

Nous sommes en août 1944. deux mois plus tôt , les alliés ont débarqué en Normandie, provoquant ainsi le début de la retraite des troupes allemandes du front ouest. Afin d'interdire aux alliés l'usage du port de Nantes, les allemands en bloquèrent l'accès en coulant neuf navires en travers de la Loire devant Le Pellerin (nuit du 10 au 11 août). Ainsi aucun navire ne pouvait plus monter ni redescendre de Nantes.

À la fin de la guerre, pour redonner accès à Nantes, il fut décidé de débloquer le fleuve. Pour cela, la décision retenue fut de creuser un nouveau chenal côté Nord qui passerait au-delà des épaves englouties. Un batardeau fut construit autour des navires coulés pour permettre leur mise à sec, leur renflouement et la récupération de tout le matériel qui pouvait l'être.

Une fois les épaves enlevées, il ne resta que le batardeau et ce vaste espace comblé de sable que l'on appelle depuis ''Bikini''.

Ceci en comparaison avec l'atoll des Îles Marshall où les américains menaient depuis juillet 1946 leurs essais nucléaires. Le batardeau en avait pris la forme et sans doute, cette étendue sablonneuse faisait-elle penser à cet îlot dévasté par les explosions. Ces travaux furent menés de janvier 1947 à juin 1949. Les quais côté du Pellerin furent achevés en 1951.

Seuls restent visibles les mâts de l' Antarktis en bordure du fleuve.

Le reste du navire est enseveli sous les sables. Son étrave avait été découpée et enlevée car elle se trouvait en travers du nouveau chenal. Ce navire s'était brisé au moment du sabordage et de ce fait ne pouvait pas être renfloué. Une grue à vapeur a aussi été récupérée sur ce navire et se trouve exposée en bordure de Loire près du ponton, non loin du môle.

Bikini vient de la déformation du mot mélanaisien : pikinni. Pik signifiant : surface et Ni : cocotier.

Autrefois Le Pellerin tient à votre disposition un ouvrage de 80 pages relatant l'histoire de cet énorme chantier. Il est riche des témoignages de personnes y ayant travaillé (plongeurs scaphandriers entre-autres) et d'une très grande quantité de photos des travaux.

Suivez-nous : Facebook